JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.
Le magazine en ligne d’Employés Suisse

Le stand-up paddle – plus de risques qu’on pourrait le croire

C’est le sport tendance de cet été – le stand-up paddle. Cependant, le paddle n’est pas aussi inoffensif et simple qu’il n’y paraît. Pour éviter tout malheur sur la planche, il y a quelques éléments à garder à l’esprit.

Le soleil brille dans le ciel, la brise légère fait onduler l’eau très légèrement et ils glissent majestueusement devant nous – les supeurs. Ça a l’air assez facile, je dois essayer ça !

Avant de louer ou d’acheter un stand-up paddle (appelé « SUP » en abrégé), il convient de s’informer sur la manière de pratiquer en toute sécurité ce sport à la mode qu’est le stand-up paddle. Après tout, vous ne voulez pas risquer de vous blesser.

Le stand-up paddle est un sport

Même si les planches glissent comme par elles-mêmes en quelques coups de pagaie et que les personnes qui semblent se tenir fermes et assurées sur leurs pieds, cela ne va pas sans effort. L’équilibre doit être maintenu et même de petites vagues l’ébranlent. Il faut parfois faire preuve de beaucoup de coordination pour ne pas tomber de la planche – mais c’est un excellent entraînement à l’équilibre.

La vitesse à laquelle vous voulez pagayer dépend bien sûr de vous. Mais pagayer est également plus éprouvant qu’il n’y paraît. En retour, le stand-up paddle renforce les muscles du torse, du dos, des jambes et de l’abdomen. L’entraînement sur le SUP favorise également l’endurance et peut renforcer le système cardiovasculaire.

Une personne bien préparée et équipée est bien protégée

L’année dernière, selon la Suva, pas moins de 500 amateurs de sports nautiques ont été blessés en faisant du stand-up paddle, la plupart en tombant de la planche, subissant des luxations, des entorses, des foulures et des lésions méniscales, ainsi que des plaies ouvertes. C’est pourquoi il vaut la peine de ne pas se lancer sans acquérir d’abord des connaissances, de préférence dans le cadre d’une instruction ou d’un cours.

Il va sans dire que vous devez savoir nager si vous voulez faire du SUP. Si vous n’êtes pas doué.e pour cela, mettez un gilet de sauvetage – en fait, c’est obligatoire si vous vous éloignez de plus de 300 mètres du rivage ! Si vous ne portez pas de gilet, vous risquez une amende de 50 francs.

Sur le SUP, vous n’avez aucun droit de passage sur les bateaux de ligne, de marchandises et à voile ni sur les bateaux des pêcheurs professionnels. Dans tous les cas, c’est la priorité de droite qui s’applique.

Dans le brouillard, au crépuscule et la nuit, vous devez avoir sur vous une lampe circulaire. Il n’y a pas de limite d’alcoolémie sur la planche, mais logiquement, vous devez être en état de conduire.

Armez-vous contre le vent, la pluie et le soleil

Dans le stand-up paddle, la météo joue un rôle plus important que dans d’autres sports. Si une tempête ou même un orage survient, vous devez immédiatement rejoindre le littoral. Il est préférable de consulter les prévisions météorologiques et le radar de pluie avant de mettre la planche à l’eau. Si vous n’arrivez pas à garder l’équilibre à cause des vagues, mettez-vous à genoux et pagayez jusqu’au rivage de cette façon – c’est toujours beaucoup plus confortable que de nager et de tirer la planche.

Dans l’eau et par temps frais, une combinaison de plongée est appropriée. Elle vous garde au chaud même si vous tombez dans l’eau plusieurs fois. Si le soleil brille, il est indispensable de mettre de la crème solaire (crème solaire résistant à l’eau). L’eau reflète les rayons du soleil, ce qui augmente considérablement le risque de coup de soleil. Important: protégez également les yeux avec des lunettes de soleil pour éviter les lésions oculaires.

Maintenant, plus rien ne se met en travers de votre chemin : le plaisir est au rendez-vous !

Hansjörg Schmid

Samedi, 17. Juil. 2021

retour à la vue d'ensemble

Partager: