JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.
Le magazine en ligne d’Employés Suisse

Travail flexible : les deux côtés de la médaille

Beaucoup d’entre nous rêvent de pouvoir travailler de manière totalement flexible. Certains n'ont tout simplement pas d'autre choix. Une étude a examiné les motivations, les objectifs et les attentes des travailleurs flexibles.

« Je voulais faire quelque chose où je pouvais exprimer mon talent et mes atouts. Quelque chose qui corresponde à mes valeurs et qui ait du sens pour moi. […] Je me suis vite rendue compte que la flexibilité m’allait comme un gant. Comme conseillère en style indépendante, je suis ma propre cheffe. Je n’ai aucune obligation, mais j’ai tous les pouvoirs. […]. Voilà comment j’ai réussi à faire de mon loisir un métier et à gagner en flexibilité. »

« L’une des grandes des difficultés est de faire face à l’incertitude. Il est parfois difficile de savoir quand les mandats vont arriver. On a plutôt intérêt à ne pas choisir ce type de travail si on a absolument besoin d’un revenu régulier […]. Il faut savoir se montrer flexible au regard des employeurs, mais aussi du temps de travail et du lieu. […] Malheureusement, j’ai parfois l’impression, comme travailleuse temporaire, d’être moins bien vue et moins soutenue par l’entreprise que les travailleurs permanents. »

Les déclarations de deux flexworkers mettent en exergue les résultats de l'étude « Flexworker. Motivations, objectifs, attentes » réalisée par l'Université de Lucerne sur mandat de l'association Swissstaffing : le travail flexible peut aller de pair avec une grande liberté, mais il a aussi un prix. La première déclaration est celle d’une conseillère indépendante en style et la seconde, celle d’un étudiant en biologie qui travaille comme auxiliaire de services à coté de ses études.

Le travail flexible est à la mode

La mondialisation, l'évolution toujours plus rapide du monde économique et la transformation numérique impliquent un relâchement de la relation employeur-employé. De plus en plus de travailleurs proposent leurs services directement sur le marché, ce qui a pour conséquence une multiplication des formes de travail flexible. Aux États-Unis et dans l'Union européenne, ce phénomène touche déjà 20 à 30 % de la population active.

Selon la définition scientifique utilisée dans l'étude, les travailleurs flexibles disposent « d’un haut niveau d’autonomie et de contrôle sur leur activité. Le paiement s’effectue habituellement à la tâche, à la vente ou à la commande passée et vaut pour une durée limitée dans le temps ». Swissstaffing, l’association suisse des services de l’emploi, définit les travailleurs flexibles comme des « personnes qui recherchent la flexibilité au travail – soit parce qu’elle leur permet de retrouver une activité, soit parce qu’elle correspond à leur style de vie ».

La moitié ne le fait pas de manière volontaire

La flexibilité fait référence au temps de travail (horaire flexible, temps de travail annuel, temps partiel, travail sur appel), au lieu de travail (télétravail, espaces de travail virtuels, home-office, coworking) et à la relation de travail (conseillers, portfolioworkers, travailleurs temporaires, indépendants, freelances). L'étude de Swissstaffing se concentre sur le personnel temporaire pour lequel le travail flexible est souvent la principale activité. L’étude se base sur 31 entretiens réalisés avec des travailleurs flexibles.

L'étude de Swissstaffing montre que 50 % des personnes interrogées ont déclaré ne pas avoir choisi volontairement de travailler de manière flexible. Dans une étude de McKinsey sur le travail flexible, ce chiffre n'était cependant que de 14 %. Cela s'explique par le fait que l'étude McKinsey s'est intéressée aux freelances, dont la majorité se considèrent comme des travailleurs indépendants.

La forte proportion de travailleurs flexibles involontaires parmi les travailleurs temporaires dont c’est l’activité principale montre clairement que la flexibilité a toujours deux côtés. Elle présente des avantages, mais aussi des inconvénients.

Un degré élevé d'autodétermination

Les motivations au travail flexible sont très diverses. L'une des principales raisons est la conciliation entre vie privée et professionnelle. Ceux qui peuvent décider eux-mêmes où et quand ils travaillent sont souvent plus heureux.

Mais le travail flexible peut également contribuer à combler des trous financiers. Par exemple, lorsque des indépendants obtiennent des mandats supplémentaires via une plateforme de travail en ligne.

Les motifs fréquemment mentionnés sont l'épanouissement et l'autodétermination. Quiconque aime la variété et veut agir de manière indépendante n'aime pas être limité par un poste fixe.

Certains flexworkers apprécient également le fait qu'ils reçoivent un feedback ou une reconnaissance pour leur travail à chaque mission et non seulement une fois par an lors de l'entretien d'évaluation annuel.

Responsabilité personnelle élevée

Ces avantages sont toutefois liés à des défis parfois considérables. Nombre de participants à l'étude considèrent la disponibilité permanente comme un inconvénient : « Car l’attente formulée vis-à-vis du travailleur flexible est celle d’une disponibilité permanente. De surcroît, celui-ci est tenté de vouloir rester joignable à tout moment dans l’hypothèse d’une nouvelle commande. »

La grande autonomie du travail flexible implique une responsabilité personnelle élevée. Les indépendants, par exemple, doivent également exercer des fonctions qui sont attribuées à des spécialistes dans les entreprises.

Alors que certains travailleurs flexibles comblent les difficultés financières par des mandats supplémentaires, d'autres vivent dans une incertitude financière constante, car ils n'ont pas de revenus réguliers prévisibles. En outre, la solvabilité des travailleurs flexibles est souvent évaluée de manière critique par les institutions financières.

En ce qui concerne leur valorisation, les travailleurs temporaires souffrent souvent du fait que dans les entreprises deux classes de travailleurs existent. Ils se sentent souvent exclus et moins valorisés.

L'environnement doit être en adéquation

Pour éviter que le revers de la médaille ne devienne un fardeau pour les travailleurs flexibles, il faut créer de bonnes conditions pour cette forme de travail. D'une part, les intermédiaires – les prestataires de service de l’emploi – jouent un rôle important, mais aussi l'environnement personnel. Le soutien au sein de la famille est mentionné comme une condition préalable importante pour travailler en tant que travailleur flexible. D'autre part, les agences de placement déchargent les travailleurs flexibles de tâches importantes, telles que l'acquisition de nouveaux projets ou mandats. Selon l'étude, cela soulage les travailleurs flexibles de 20 à 30 % de leur temps.

Outre les qualifications professionnelles, les qualités personnelles telles que le sens de l’initiative, l'indépendance, l'ouverture, l'adaptabilité, les compétences sociales, la motivation intrinsèque, la capacité à fixer des limites et la résistance au stress sont tout aussi importantes pour les travailleurs flexibles.

Tout le monde devrait en profiter

Si les inconvénients du travail flexible peuvent être compensés et ses avantages pleinement exploités, cette forme de travail offre de grandes possibilités à tous, employés comme employeurs. Le travail flexible gagne du terrain en Suisse. 46 % de tous les employés ont déjà des horaires de travail flexibles, 33 % travaillent depuis leur domicile et 23 % ont des contrats de travail flexibles.

Selon l'étude de Swissstaffing, il reste un défi à relever sur la voie du travail flexible :« […] le besoin de flexibilité et d’autonomie des employés se heurte de plus en plus à la législation du travail et aux conventions collectives de travail. Il nous appartient à tous de trouver des solutions modernes pour inscrire cette nouvelle réalité dans l’avenir. » Cette revendication de Swissstaffing est compréhensible. Cependant, de nouvelles dispositions ne doivent en aucun cas se faire au détriment des travailleurs flexibles - et surtout pas de ceux qui ne le font pas volontairement Pour que tout le monde en profite, leur part doit considérablement diminuer avant que les lois ne soient assouplies. En outre, une attention particulière doit être accordée à la protection de la santé des travailleurs flexibles.

Hansjörg Schmid

Jeudi, 16. Juil. 2020

retour à la vue d'ensemble

Partager:

Travailleurs temporaires: devenez membre

Employés Suisse est signataire de la convention collective de travail de la location de services. En tant que travailleur temporaire, si vous devenez membre d'Employés Suisse, vous profitez de nombreux avantageux comme par exemple des conseils gratuits en droit du travail et des assurances sociales. Cliquez ici pour vous affilier.