JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.
Le magazine en ligne d’Employés Suisse

Remettre l’humain au centre du recrutement

Alors que certaines entreprises automatisent leur processus de recrutement en faisant appel à l’intelligence artificielle, d’autres font le choix de remettre l’humain au centre de leur recrutement en rencontrant des candidats dans un café.

« Mieux recruter grâce à l’intelligence artificielle » annonce l’entreprise HireVue sur son site Internet. Cette dernière a développé un système combinant entretiens vidéo et intelligence artificielle pour aider les entreprises à recruter les meilleurs candidats. Parmi ses nombreux clients se trouvent entre autres Unilever, IBM et BASF. Le monde du travail se numérise et les ressources humaines n’échappent pas à cette évolution : algorithmes, intelligence artificielle, chatbots sont en effet de plus en plus utilisés par les entreprises pour trouver la perle rare et HireVue n’est qu’un outil parmi tant d’autres (cf. Les ressources humaines 4.0).

Toutefois, même si la numérisation s’accentue, l’humain est loin de disparaître du monde de l’entreprise. Certaines entreprises en sont bien conscientes et optent aussi pour des méthodes de recrutement qui remet l’humain au centre. Elles choisissent d’aller à la rencontre des candidats, de recruter autrement. En Suisse romande, un projet allant dans ce sens a été lancé : c’est Café Pro.

Aller à la rencontre des candidats

Initié en 2017 par deux entrepreneuses motivées Paola Falce, créatrice et facilitatrice de synergies, et Joanna Florey, restauratrice, Café Pro remet l’humain au centre du processus de recrutement. La démarche a pour objectif de redonner du lien social sur un marché du travail complexe en mettant en contact direct des employeurs et des candidats à l’emploi dans un café, autour d’un café, dans une ambiance simple et conviviale.

Café Pro connait un véritable succès : plus de 80 entreprises ont déjà participé au projet et la moitié d’entre elles à plusieurs éditions. Les entreprises participantes sont issues de branches variées. L’assurance Concordia, Migros, Nespresso, Schindler ou encore l’Hôpital cantonal fribourgeois comptent parmi celles qui ont dit oui à la démarche Café Pro. « Les entreprises reviennent, car elles réalisent la plus-value d’une telle démarche », explique Paola Falce. Elles rencontrent des candidats qu’elles n’auraient jamais sélectionnés dans un processus de recrutement classique.

Passer outre le CV impersonnel

Un témoignage d’un employeur sur le site Internet de Café Pro abonde dans ce sens : « Nous avons engagé un monsieur de 63 ans, d’abord en contrat déterminé, puis en contrat indéterminé. Et dire que cet homme nous avait envoyé plusieurs fois son CV, sans suite ! ». A Café Pro, le CV n’est pas le pilier de la rencontre entre le recruteur et le candidat : c’est la discussion, l’échange entre deux personnes. « Les candidats doivent tout de même prendre des exemplaires de leur CV et peuvent les transmettre en fin de discussion aux recruteurs », précisent les organisatrices.

« Aujourd’hui, dans le recrutement, le CV classique et impersonnel ne suffisent pas pour évaluer la personnalité et le savoir-être » souligne Paola Falce. Certains employeurs ont compris qu’ils ne travaillaient pas avec une série de diplômes et des compétences techniques, mais avec des personnalités qui apportent avec eux leurs parcours, motivations et compétences sociales.

Ces dernières sont tout aussi importantes : une étude de 2016 de la Société des employés de commerce le confirme. Dans le monde du travail numérisé, les compétences sociales sont tout autant nécessaires que les compétences techniques. En effet, les travailleurs doivent non seulement être à l’aise avec les technologies, mais aussi avec les clients. (cf. Une formation professionnelle orientée vers l’avenir).

Des candidats et des recruteurs heureux

A chaque édition, entre dix et douze employeurs sont présents. Chacun d’entre eux doit avoir au moins un poste à pourvoir, ceux-ci sont mis en ligne sur le site Internet de Café Pro, deux semaines avant l’édition pour que les candidats puissent s’inscrire et participer gratuitement. Face aux employeurs, on retrouve plus de 200 candidats par édition. « Des jeunes, des moins jeunes, des personnes issues de tous domaines : nous avons vraiment tous les types de profils », explique Paola Falce.

Ces rencontres autour d’un café ne sont pas sans suite. En deux ans et plus de 16 éditions, quelque 80 recrutement ont été réalisés dans le cadre de Café Pro. « Ce résultat fait plaisir, mais ce qui nous fait encore plus plaisir c’est le sourire sur le visage des candidats et des recruteurs à la fin de chaque édition », déclare Paola Falce satisfaite.

Le facteur humain n’a pas encore disparu du monde du travail

De prochaines éditions sont déjà prévues dans plusieurs villes de Suisse romande (cf. les prochaines dates à droite). Par contre, Café Pro n’est pas encore présent en Suisse alémanique, sauf à Bienne et Fribourg, villes bilingues. Lorsqu’on lui demande si c’est un souhait de s’étendre de l’autre côté du Röstigraben, Paola Falce répond oui. Café Pro ne souhaite toutefois pas remplacer le recrutement classique, la démarche se veut complémentaire, conclut Paola Falce.

Eplucher les CV, utiliser l’intelligence artificielle ou rencontrer des candidats autour d’un café, les entreprises ne devraient en effet pas choisir une seule méthode de recrutement, mais les combiner, et surtout ne pas oublier que le recrutement est le point de départ d’une relation entre deux humains : un employeur et un employé.

Virginie Jaquet

Jeudi, 28. Mars 2019

retour à la vue d'ensemble

Partager:

Les prochains Café Pro

  • 2 avril à Lausanne
  • 9 avril à Neuchâtel
  • 7 mai à Bienne
  • 18 juin à Genève
  • 25 juin à Fribourg

Plus d’informations sur www.cafepro.ch