JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.
Le magazine en ligne d’Employés Suisse

Préparons-nous à la vraie numérisation

Appareils mobiles, algorithmes, lunettes intelligentes : vous croyez que c’est cela la numérisation. Ce n’est pourtant que le début, déclare Welf Schröter, expert en numérisation au sein de la Confédération allemande des syndicats. La vraie numérisation n’arrivera qu’avec les logiciels autonomes et nous devons nous y préparer.

C’est un « Boléro du monde du travail ». En effet, Welf Schröter, responsable du forum pour une conception technique sociale au sein de la Confédération allemande des syndicats (Deutschen Gewerkschaftsbund DGB) compare la vague de la numérisation qui déferle peu à peu à la célèbre œuvre de Maurice Ravel. Un boléro commence tout doucement, puis prend de l’ampleur et se termine par un crescendo tonitruant.

Jusqu’à présent, dans les entreprises, nous nous sommes uniquement intéressés à la numérisation de base, déclare Welf Schröter, qui était le 31 janvier dernier l’un des intervenants de l’évènement « Monde du travail 4.0 – les conséquences de la numérisation » organisé par Employés Suisse. « La numérisation de base fournit avant tout des techniques informatiques aux modèles d’affaires que nous avons toutefois renvoyées aux calendes grecques ces dernières années en raison de leurs coûts de lancement élevés et de leurs avantages financiers trop faibles », écrit-il sur son blog. Les innovations technologiques sont depuis longtemps sur le marché.

La numérisation ne fait que commencer

La numérisation de base est le point de départ de la numérisation, comme l’entrée d’un menu, considère le syndicaliste. Cependant, c’est la numérisation derrière la numérisation qui doit attirer notre attention. « Nous ne devons pas confondre l’entrée avec le plat de résistance ». Pour lui, les logiciels autonomes sont les plats de résistance. Par logiciels autonomes, il entend les systèmes pouvant apprendre par eux-mêmes, décider de manière autonome, se modifier seuls et réaliser seuls des transactions juridiquement valables, et tout ceci derrière le dos des êtres humains.

Leur utilisation est encore en phase expérimentale selon Welf Schrötr, ce qui n’est toutefois pas une raison de ne pas s’en préoccuper. Un boléro s’amplifie peu à peu. Lorsque ces systèmes auront envahit le monde du travail et économique, une conception sociale du changement deviendra indispensable, avertit l’expert. « Ceux qui entendent déjà ce boléro du monde du travail arrivé devraient s’allier, et rapidement, ceci dans le but d’intervenir le plus tôt possible dans sa conception et de manière préventive en faveur des personnes actives ». Nous ne devrions pas seulement danser le boléro, mais aussi intervenir lors de sa représentation, dans son rythme et sa cadence.

Anticiper

Pourquoi est-ce si important d’agir rapidement pour le syndicaliste Welf Schröter ? Tout simplement, car on ne peut le faire après coup avec des logiciels autonome se transformant eux-mêmes et prenant des décisions seuls. « En l’état actuel de la technologie, ces logiciels une fois lancés ne sont plus adaptables », écrit Welf Schröter sur son blog. Il faut donc ancrer des standards techniques, sociaux et relatifs à la santé dans les logiciels autonomes, et cela avant leur utilisation même.

Le syndicaliste allemand plaide pour une analyse anticipée des conséquences de ces logiciels, conséquences à éviter ou devant être évitées, par les comités et les directions d’entreprise. Les intérêts propres pourraient ainsi être négociés, convenus, spécifiés et avant le lancement de logiciels y être implantés.

Les comités d’entreprises en Allemagne ne sont pas préparés à ces nouveaux défis, c’est l’avis de Welf Schröter. En Suisse, les représentants du personnel et les associations de travailleurs ne le sont sans doute pas plus. Il faut donc nous préparer avant que le boléro du monde du travail atteigne son crescendo et déferle tout simplement sur nous.

Hansjörg Schmid

Mardi, 26. Févr. 2019

retour à la vue d'ensemble

Partager: