JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.
Le magazine en ligne d’Employés Suisse

L’Industrie 4.0 est sur la bonne voie en Suisse

Une part significative des entreprises de l’industrie MEM met déjà en pratique l’Industrie 4.0 ou planifie de le faire. Cependant, la plupart du temps, des projets n’existent que dans certains domaines. Le potentiel n’est ainsi pas totalement utilisé.

Les deux associations patronales Swissmem et Swissmechanics ont voulu savoir jusqu’à quel niveau l’Industrie 4.0 étaient développées dans les entreprises qui leur sont affiliées. Dans ce but, elles ont réalisé un sondage. L’analyse des résultats montre que l’Industrie 4.0 est un thème central. La mise en œuvre a bien démarré, mais du potentiel existe encore.

Un bénéfice incontesté

L’avantage de l’Industrie 4.0 est donné pour quatre cinquième des entreprises interrogées. Toutefois, beaucoup d’entreprises ne le voient que dans certains domaines. La prise de conscience que l’industrie peut développer son potentiel complet si elle met en œuvre de manière généralisée l’Industrie 4.0 semble encore manquer dans de nombreux endroits.

Selon la plupart des PME, les plus grandes possibilités offertes par l’Industrie 4.0 est l’augmentation de la productivité (48%) et la création d’avantages supplémentaires pour les clients (47%). Dans les grandes entreprises, la situation est semblable, si ce n’est que l’ordre est inversé et les valeurs sont supérieures à 60%.

Il est étonnant par contre que seul un tiers des PME voit un apport dans la fabrication flexible et qu’un cinquième dans la production rentable de pièces individualisées. Ces deux aspects sont souvent considérés comme les moteurs de l’Industrie 4.0.

Mise en œuvre plus avancée dans les grandes entreprises que dans les PME

Plus de 40 % des entreprises ayant fait état du degré de leur mise en œuvre planifie des projets Industrie 4.0. Plus de 50 % d’entre elles y travaillent déjà et 40 % les ont déjà mis en œuvre. Pour les PME, les valeurs sont généralement un tiers inférieur.

Il apparaît clairement que l’Industrie 4.0 n’est pas encore un thème qui s’est généralisé et elle n’est pas mise en pratique partout. Les auteurs de l’enquête en concluent que le bénéfice n’est que partiellement clair, respectivement que les entreprises se trouvent seulement au début de cette révolution industrielle.

Comme, dans l’évaluation de l’avantage apporté, l’accent est mis avant tout sur les clients dans la mise en application, en tout cas pour 39 % des entreprises. Puis, les processus de production et la maintenance/entretien suivent. Le domaine « nouveaux modèles d’affaires » est négligé. 41 % y voient toutefois de grandes opportunités. Beaucoup de potentiel est détecté au niveau de la collaboration avec les clients et les fournisseurs.

L’obstacle principal est le manque de personnel

L’obstacle le plus souvent mentionné, et de loin, à la mise en pratique de l’Industrie 4.0 est le manque de moyens humains. Ce résultat se recoupe avec celui d’une étude du cabinet de conseil Deloitte (cf. La place industrielle 4.0 arrive – mais les talents manquent encore). D’autres obstacles importants à l’Industrie 4.0 est l’absence d’une stratégie globale, un calcul de rentabilité insuffisant ou flou ainsi qu’un manque de savoir-faire pour les projets y relatifs.

En résumé, on peut constater que l’Industrie 4.0 est sur la bonne voie en Suisse. Mais pour pouvoir utiliser pleinement son potentiel, des lacunes doivent encore être comblées. Il faut avant tout du personnel qualifié sachant comment mettre en œuvre l’Industrie 4.0. De plus, il faut investir dans ce personnel en le formant. Employés Suisse est convaincue qu’ainsi la transformation de notre fière industrie réussira et la place industrielle suisse restera une place de travail attractive.

Hansjörg Schmid

Mercredi, 19. Avr. 2017

retour à la vue d'ensemble

Partager:

Les données de l’enquête

373 entreprises ont répondu à l’enquête. Près de quatre cinquième sont des PME. Environ 25 % des répondants sont de la branche construction des machines, puis suivent les fabricants de composants (20%). Une comparaison internationale avec d’autres enquêtes semblables n’a malheureusement pas été faite.

Pour en savoir plus sur l’Industrie 4.0

>> Apunto 3/2016 Industrie 4.0

 

>> Positon d’Employés Suisse sur l’Industrie 4.0