JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.
Le magazine en ligne d’Employés Suisse

Donnez des bons points à vos collègues de travail

Aujourd’hui, nous sommes habitués à évaluer les services dont on profite, en revanche, on l’est moins à évaluer ses collègues de travail. Cette pratique fait pourtant son entrée sur le marché du travail suisse.

Vous venez de passer une agréable soirée au restaurant, le repas, le service : tout était parfait. A votre retour à la maison, vous vous empressez d’attribuer cinq étoiles au restaurant sur toutes les plateformes possibles d’évaluation. En cas de mauvaise expérience, vous faites de même et n’hésitez pas publier un commentaire peu élogieux à l’attention de l’établissement concerné. Evaluer un restaurant ou un hôtel est devenu une habitude pour beaucoup d’entre nous. Comme il devient de plus en plus normal, en tant que client-e d’évaluer le vendeur qui nous sert ou le conseiller en assurance qui répond à nos questions.

A la chasse aux bonnes notes

En effet, après avoir profité d’un service ou avoir fait un achat, on nous demande désormais souvent d’évaluer la qualité du service et/ou la disponibilité du collaborateur. Pour le vendeur, plus le droit à l’erreur, ni d’avoir un coup de mou, il risque sinon de se retrouver avec une mauvaise évaluation. Un seul objectif : tout faire pour obtenir de bonnes notes. Au printemps 2018, un reportage de Mise au point sur la RTS mettait en avant cette problématique de la chasse aux bonnes notes. Cette dernière a même conduit trois collaborateurs dans le Jura a triché et augmenté artificiellement les résultats de leurs notations. Leur triche a été découverte et ils ont été licenciés.

En tant que client-e, donner des notes est devenu normal. Maintenant, imaginez-vous faire de même avec vos collègues de travail. A la fin d’un projet ou d’une séance, vous vous rendez sur une plateforme et attribuez une note aux collègues avec lesquels vous venez de collaborer, vous évaluez leurs prestations et leur comportement. Cela vous choque-t-il ?

Powercoins chez Postfinance

Cette pratique se répand peu à peu dans le monde du travail, en Suisse aussi. En introduisant un tel système d’évaluation, Postfinance a récemment suscité le débat. L’entreprise a en effet mis en place un système de feedback immédiat dans lequel des bons points « Powercoins » sont distribués entre employés. Plus d’un tiers des 3500 collaborateurs et collaboratrices de l’établissement bancaires se sont déclarés prêts à participer au projet.

Le système fonctionne ainsi : les employé-e-s doivent distribuer à leurs collègues les powercoins lorsqu’ils ont eu des comportements exemplaires. La direction donne l’exemple : la prise de décision audacieuse. Interrogé par la télévision suisse alémanique SRF, Roger Lötscher, responsable de la transformation du personnel chez Postfinance et à l’origine du projet, souligne qu’il ne s’agit pas de dire si une tâche a été bien ou mal faite, mais de récompenser les comportements positifs. Avec les powercoins accumulés, les employé-e-s peuvent ensuite profiter de bons pour des livres électroniques ou du café.

Le système est-il efficace ?

En Suisse, il est encore trop tôt pour le dire, cette pratique est encore récente. Elle pourrait toutefois être mise en application dans d’autres entreprises. Plusieurs grands groupes internationaux, comme Google et Amazon, utilisent déjà un système de notation entre employé-e-s depuis un certain temps. Il est clair qu’un tel système d’évaluation ne doit pas remplacer l’évaluation annuel ou régulière entre l’employé et son supérieur. Il n’est pas certain non plus qu’évaluer ses collègues facilitent une bonne culture d’entreprise. Vous pensez avoir fait du bon travail sur un projet et vous vous attendez à recevoir de bons points des autres membres de votre équipe, mais ses bons points n’arrivent jamais. Il est très probable que vous soyez déçu et démotivé.

Le système d’évaluation entre collègues met indirectement en avant un point important : l’importance de donner des feedbacks. Si l’on travaille régulièrement avec une même personne sur des projets et qu’on ne lui dit jamais ce qui est bien ou ce qui est moins bien dans sa façon de travailler sur le long terme cela peut avoir des conséquences négatives. L’échange est important. Aider l’autre à reconnaitre ses points faibles et l’aider à avancer est un gain pour tous. Comme c’est un gain pour tous de féliciter l’autre et de le soutenir quand le résultat est au rendez-vous. Anastasia Sapegnia, psychologue du travail à l’Université de Saint-Gall, interrogée dans le reportage de la SRF, le souligne : « Les employés veulent de la reconnaissance, ils veulent des feedback ».

Des feedbacks réguliers au lieu d’un entretien annuel

Recevoir un retour sur notre travail est important et que celui-ci soit régulier également. Certains spécialistes notent que le feedback ne doit être ni positif, ni négatif. Feedback n’est pas synonyme de critique. Son but doit être soit de donner à l’employé une confirmation que ce qu’il réalise est bien, qu’on apprécie sa performance, soit de l’avertir que son travail n’est pas satisfaisant pour qu’il puisse corriger ses erreurs et se développer.

Un autre aspect important du feedback en entreprise est l’écoute. Chacun doit pouvoir parler et se faire entendre. L’évaluation d’un employé par son supérieur n’est pas un monologue mais un échange entre deux personnes travaillant pour la même entreprise. Certains l’oublient malheureusement. Dans le cas du feedback ou de l’évaluation entre collègues, l’écoute reste tout aussi important, le respect également. Comme, il est écrit ci-dessus, donner un feedback, ce n’est pas faire une critique.

Virginie Jaquet

Mercredi, 21. Oct. 2020

retour à la vue d'ensemble

Partager:

A lire

Nous vous recommandons la lecture de deux articles sur le feedback parus dans le journal Le Temps et PME Magazine

>> Le feedback en entreprise, mode d’emploi

>> Comment donner un feedback ? Mode d’emploi