JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.
Le magazine en ligne d’Employés Suisse

Plateformes numériques : un accord historique au Danemark

« C’est un accord pionnier », déclarait l’ancien premier ministre danois Lars Løkke Rasmussen en avril 2018. Il ne parlait alors pas de la Déclaration de Panmunjeom signée à l'époque par les dirigeants des deux Corées, mais de la première convention collective de travail de l’économie de plateformes.

Garantir une bonne application de la CCT de la location de services

Alberto Morina est représentant du personnel dans l’entreprise Construma soumise à la convention collective de travail de l’industrie MEM (CCT MEM). Cette entreprise, en plus d’employer des travailleurs en contrat fixe, emploie une quinzaine de travailleurs temporaires. Un jour, l’un d’entre eux, Simon Tempomato se plaint auprès d’Alberto Morina de ses mauvaises conditions de travail. Simon Tempomato veut que la commission du personnel agisse.

« La Suisse est un petit pays. Entretenir des relations internationales est donc très important. »

Que ce soit sur des questions politiques, économiques ou liées au monde du travail, la Suisse entretient d’actives relations internationales. Valérie Berset Bircher, cheffe du secteur Affaires internationales du travail au sein du Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO), explique en interview comment ces relations fonctionnent et pourquoi elles sont importantes.

Un travail décent grâce aux relations internationales

Lorsqu’on parle de relations internationales, on pense avant tout à la politique et à l’économie. Les relations internationales sont également cruciales pour les places de travail et le travail, et, en la matière, la Suisse joue un rôle central.

Des bureaux créatifs pour les sens

Inspirants, favorisants la création et en même temps peu encombrants : les exigences envers les bureaux modernes sont nombreuses. Lors de la conception, l’être humain doit être au centre, car, finalement, c’est lui qui passe une grande partie de son temps au bureau.

Nous avons besoin de nouvelles compétences

Dans le monde du travail moderne, nous travaillons de plus en plus de manière mobile et flexible. Nous devons acquérir de nouvelles compétences spécifiques pour que cette évolution reste à notre avantage. Lesquelles ? Prof. Dr Harmut Schulze, responsable de l’institut de recherche et développement de la coopération à la Haute-école du Nord-Ouest nous le révèle.

Une année de négociations pour Employés Suisse

Une salle, deux tables face à face, dix personnes concentrées se jetant des regards méfiants : nous sommes au cœur d’une négociation. D’un côté, les représentants d’une association patronale, de l’autre ceux d’organisations de travailleurs, les deux poursuivent leurs propres buts : faire passer leurs revendications et conclure les négociations sans y perdre trop de plumes. Réussiront-ils ?

Le chômage partiel, une mesure qui a fait ses preuves

Ces dernières années, l’industrie suisse a fait face à des crises importantes. Des mesures ont été développées pour en atténuer les conséquences entre autres sur les employés. L’une d’entre elles est le chômage partiel. Une nouvelle étude s’intéresse à son impact.

"L'accès instantané" est un atout majeur du crowdworking"

Le Centre de compétences de Crowdsourcing a été fondé à l'Université de Saint-Gall depuis quelques années, en mettant l'accent sur, entre autres, le nouvelle forme de travail digital: le Crowdworking. Nous avons discuté avec le Professeur Dr Ivo Blohm, responsable de ce Centre de compétences:

Les ressources humaines 4.0

Polymécanicien expérimenté, Robert n’aurait jamais pensé que son dossier de candidature ne passerait pas la rampe de l’algorithme. Les entreprises n’hésitent plus à utiliser des outils comme des algorithmes, des chatbots ou des jeux pour sélectionner leurs futurs employés.

Des risques mais aucune protection supplémentaire

Une frontière plus perméable entre vie privée et vie professionnelle : voilà un des potentiels risques de l’économie numérique. Malgré ce constat et celui d’un besoin de plus de protection, le Conseil fédéral ne propose aucune mesure concrète pour mieux protéger les travailleurs.

La place industrielle 4.0 arrive – mais les talents manquent encore

L’Industrie 4.0 arrive et rend la place industrielle suisse plus compétitive – les entreprises de la branche MEM, de l’industrie chimique et de la construction en sont convaincues. La transformation est dans beaucoup d’entreprises en cours. Un défi reste : celui d’avoir les collaborateurs qualifiés.

Le job hopping : une nouvelle tendance ?

Dans l’opinion publique, on dit souvent des jeunes qu’ils changent fréquemment de travail, qu’ils sont des job hopper. Mais le sont-ils vraiment ?

Des plans sociaux avec de bonnes prestations

Le 1er janvier 2014 entrait en vigueur une obligation de plan social pour les entreprises de plus de 250 employés. Pour Employés Suisse, c’est une mesure qui va dans le bon sens, mais qui doit encore être améliorée.

Courir entre collègues

L’importance d’avoir des employés en bonne santé n’est plus à prouver. Un projet original a été lancé par l’entreprise Lonza : encourager et préparer ses collaborateurs à courir le semi-marathon de Zermatt.

Une nouvelle règlementation de la saisie du temps de travail

Le Conseil fédéral a adapté, le 4 novembre, la règlementation relative à la saisie du temps de travail aux réalités actuelles du monde du travail. Les nouvelles dispositions permettent de s’écarter d’une saisie détaillée du temps de travail sous des conditions clairement définies. La sécurité juridique doit ainsi être rétablie. La révision entre en vigueur le 1er janvier 2016.

Employés Suisse demande une hausse salariale de 0,5 à 1,2 %

En raison de la faiblesse de l’euro, la situation est délicate et même inquiétante dans certaines branches. Mais il existe une marge de manœuvre pour des hausses salariales. Employés Suisse exige plus d’investissements dans la formation continue et plus d’emplois à temps partiel. 

Partager: