JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.
Le magazine en ligne d’Employés Suisse

Thomas Feierabend est le nouveau président d’Employés Suisse

« Employés Suisse doit devenir indispensable »

Passage du témoin à la tête d’Employés Suisse : Thomas, un grand connaisseur des organisations de travailleurs, reprend la présidence d’Employés Suisse. Lisez son interview !

Thomas Feierabend, vous êtes élu président d’Employés Suisse dans une période difficile – conflit avec Unia et diminution du nombre de membres – Pourquoi endossez-vous cette fonction ?

Les tâches exigeantes me captivent, et si je peux contribuer à trouver des solutions, cela s’inscrit dans la lignée de mes activités professionnelles et de mes expériences. Je pourrai sûrement aider à surmonter les difficultés existantes. Nous trouverons sans aucun doute une bonne solution.

Vous connaissez Employés Suisse en tant que conseiller depuis longtemps. Qu’est-ce qui vous plaît dans l’association ?

J’aime le travail professionnel du service juridique, les prestations, le soutien des organisations membres. Ce qui est particulièrement positif est la philosophie de la représentation des travailleurs sur le terrain et dans l’entreprise, loin des actions politiques et de la fronde.

Employés Suisse s’engage pour un partenariat social orienté vers les solutions Qu’en pensez-vous?

C’est la seule manière de s’engager avec succès en faveur pour les travailleurs. Il est surtout important de garantir durablement des places de travail.

Quels buts voulez-vous poursuivre avec l’association ?

Employés Suisse doit, à long terme, se profiler plus encore comme un centre de compétence pour les représentations des travailleurs dans les entreprises – ou formulé en d’autres termes : aucune représentation des travailleurs ne peut se passer de nos conseils professionnels et de notre soutien. Employés Suisse doit devenir indispensable, ce qui doit, au final, attirer de nouveaux membres. Enfin, la collaboration avec d’autres organisations doit être développée et renforcée.

Quels dossiers politiques sont pour vous actuellement les plus brûlants ?

La garantie des institutions sociales, soit la réforme de prévoyance vieillesse 2020 et l’évolution active du contrat entre générations. La transition démographique présente beaucoup de forces sociales explosives. Et puis le dossier Europe est évidemment brûlant : la Suisse en tant qu’île n’est pas viable. Nous sommes dépendants de nos voisins, de l’économie et la société globalisées. Nous devons trouver une voie entre ouverture et préservation de notre propre culture.

Quelle est votre position sur l’enregistrement du temps de travail ?

En tant que conseiller, je recommande à tout le monde – aussi aux cadres – d’inscrire leurs horaires de travail. Un enregistrement du temps de travail est en principe nécessaire. L’enregistrement du temps de travail est une contribution importante à un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Concrètement, celui qui inscrit clairement son temps de travail a une perception plus précise du temps qu’il a consacré à son travail.

Quel est votre avis sur les salaires minimums ?

Les travailleurs doivent, bien entendu, recevoir un salaire convenable. Celui-ci doit assurer plus que l’existence. Malgré tout, je ne soutiens pas une introduction générale de salaires minimums. La situation est trop hétérogène en Suisse – au Tessin, le contexte est différent de celui de Zurich il règne d’autres réalités qu’à Zurich. C’est pourquoi des salaires selon la branche, la région et l’entreprise sont nécessaires.

Où voyez-vous Employés Suisse dans deux ans, lorsque la législature actuelle arrivera à son terme ?

D’ici-là, les problèmes actuels seront résolus. Employés Suisse pourra ensuite poursuivre avec un nouvel élan sa stratégie de croissance décidée par les délégués il y a environ deux ans.

 

Interview : Hansjörg Schmid et Reto Liniger

Biographie

Ses nombreuses expériences accumulées dans des associations font de Thomas Feierabend un expert dans ce domaine. Il a travaillé, entre autres, huit ans en tant que secrétaire de la fédération chrétienne du personnel des entreprises de transport (FCPT), désormais nommée Transfair. Il a aussi été secrétaire central, trésorier et membre de la direction du syndicat chrétien pour l’industrie, le commerce et l’artisanat à Winterthour (CMV/FCOM), aujourd’hui Syna. Depuis 1997, Thomas Feierabend est indépendant dans la gestion d’organisation. Thomas Feierabend a obtenu un diplôme de gestion NPO et un bachelor en business administration. Il est marié et père de trois enfants adultes.

Thomas Feierabend a été à maintes reprises à la disposition d’Employés Suisse en tant que conseiller. Il peut ainsi démarrer plein gaz dans l’association.

Vendredi, 12. Juin 2015

retour à la vue d'ensemble

Partager:

Sur le site internet d'Employés Suisse...

...vous trouverez plus d'information sur les membres du comité directeur.